Salma Hayek Pinault, Costa-Gavras et Kaouther Ben Hania

Ce rush est uniquement destiné à usage télévisuel et ne peut en aucun cas être publié intégralement sur tout autre support


Comment réunir trois personnalités aussi différentes que Salma Hayek Pinault, actrice, productrice et membre du Conseil d’administration de la Fondation Kering, Costa Gavras, cinéaste et président de la Cinémathèque française, et Kaouther Ben Hania, jeune réalisatrice tunisienne en compétition officielle ? En leur proposant de débattre autour d’un sujet central qui aborde, au-delà de la place des femmes dans le cinéma, la question de la multiplicité des visages que peut prendre les violences faites aux femmes. Pour Costa Gavras, l’une d’entre elles est tout simplement « de considérer les femmes comme des personnes de second plan, et de les traiter différemment aussi bien au niveau du salaire qu’en ne les laissant pas exercer pleinement leur métier de cinéaste. » C’est ce qu’il a beaucoup – trop – vu sur les plateaux où seules le métier de script a longtemps été féminisé. Heureusement les choses évoluent, lentement mais sûrement, et le très beau film de Kaouther Ben Hania La Belle et la meute, sélectionné à un Certain Regard, en est la preuve. Tourné en neuf plans séquences, ce film fort retrace le parcours d’une jeune fille violée par des policiers qui doit affronter la complicité des hommes entre eux pour l’empêcher de porter plainte. « J’ai voulu faire ce film inspiré d’une histoire vraie, sous l’angle de la justice et du courage des femmes. C’est David contre Goliath, parce que c’est si difficile de poursuivre des agresseurs quand ils sont censés représenter la loi. C’est comme vivre un second viol ! » explique Kaouther Ben Hania. « C’est vrai qu’il faut beaucoup de courage pour oser parler », a ajouté Salma Hayek, « parce qu’il y a de grandes  chances que personne ne vous croie ! Et parce qu’il faut lutter pour que cette violence, qui revêt de multiples visages autour du monde, ne soit plus jamais associée au mot ‘normal’. » Elle profite d’ailleurs de cette table ronde pour parler avec enthousiasme du Moyen-Orient où les choses bougent  « Savez-vous que le Doha Film Institute et le Doha Film Festival sont dirigés par trois femmes puissantes qui ont fait évoluer le cinéma du Moyen Orient à toute vitesse ? Faire du cinéma, c’est aussi créer un public, et donner la possibilité de changer les mentalités ! »


Biographie de Salma Hayek Pinault

Née au Mexique, où elle a grandi, Salma Hayek, productrice et réalisatrice, a été célébrée comme actrice internationale en étant nommée aux Oscars et en remportant le prix de la meilleure actrice aux Bafta et aux Sag Awards pour son rôle principal et inoubliable de Frida dans le film de Julie Taymor. Elle n’hésite pas à faire le grand écart entre des rôles comme celui de Lola dans Americano de Mathieu Demy ou celui d’une femme de ménage mexicaine dans Beatriz at dinner de Miguel Artet qui sortira en juin aux Etats-Unis. Grâce à sa carrière internationale, Salma Hayek Pinault rayonne aussi comme activiste pour l’éducation des femmes et des petites filles à travers le monde et s’est mobilisée dans la lutte contre la violence faite aux femmes à travers les opérations de la Fondation Kering, dont elle est membre du Conseil d’administration. 


Biographie de Costa-Gavras

Costa-Gavras – son nom résonne comme le titre d’un film. Parce que ce grand réalisateur franco-grec porte le cinéma sur ses épaules. Non pas uniquement le cinéma politique qu’il a si bien défendu et qui lui a valu une Palme d’Or à Cannes en 1982 pour Missing, un film adapté de l’histoire vraie du journaliste américain Charles Horman disparu après avoir dénoncé le coup d’Etat sanglant d’Augusto Pinochet contre Salvador Allende, mais aussi depuis 2007 le patrimoine cinématographique comme Président la Cinémathèque Française, qui reste aujourd’hui encore l'une des principales bases de données mondiales sur le cinéma. Pour lui, faire des films, quels qu’ils soient, c’est toujours s’engager. C’est ce qu’il a fait à nouveau en co-produisant avec sa femme Michèle Ray Gavras A mon âge, je me cache encore pour fumer, un premier film de Rayhana, tourné en Grèce avec une équipe technique 100% féminine. Celui-ci se déroule durant la guerre civile algérienne, entre les murs d'un hammam, le seul lieu où les femmes de différentes générations parlent librement de leur intimité, de leurs préoccupations, ou de leurs espoirs.    


Biographie de Kaouther Ben Hania

Née à Sidi Bouzid en 1977, Kaouther Ben Hania a fait ses études de cinéma en Tunisie, puis a suivi une formation à la Fémis en 2004. Après avoir réalisé Le Challat de Tunis, son premier long métrage qui dénonçait le machisme en Tunisie avec humour, puis en 2016 Zaineb n’aime pas la neige un documentaire au titre évocateur, elle est sélectionnée cette année à Cannes avec La belle et la meute, dans la compétition un Certain Regard. Un véritable thriller féministe, inspiré d’une histoire vraie et librement adapté du livre Coupable d’avoir été violée qui raconte l’histoire d’une jeune fille tunisienne violée par deux policiers. Ce film fort surfe entre documentaire et fiction avec de longs plans-séquence qui plonge le spectateur en temps réel dans ce drame et interroge profondément sur la façon d’obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux. Le film a été ovationné lors de sa projection cannoise par le public et la presse.

Vidéo du Talk



PHOTOS

© KERING 2017 - contacts | Mentions légales