Prix / dîner

Pour la troisième édition de Women in Motion, Kering, partenaire officiel, et le Festival de Cannes décerneront le Prix Women in Motion à l’actrice française Isabelle Huppert. Libre et audacieuse entre toutes, Isabelle Huppert a multiplié les prises de risque artistique, et joué auprès des plus grands pour imposer son style dans les registres les plus variés, allant du drame à la comédie. Faisant bouger les lignes à travers les rôles forts et loin de tout stéréotype qu’elle interprète depuis ses débuts, qu’elle soit dirigée par des réalisateurs mythiques ou par une nouvelle génération de créatrices et créateurs brillants, Isabelle Huppert est l’une des figures les plus inspirantes du monde du cinéma.

Isabelle Huppert a choisi à son tour d’honorer Maysaloun Hamoud en lui décernant le Prix Jeunes Talents. La jeune réalisatrice et scénariste palestinienne a signé en 2016 Je danserai si je veux (Bar Bahar), son premier long-métrage qui suit le quotidien de trois jeunes femmes palestiniennes vivant à Tel Aviv, partagées entre leur désir d’indépendance et les traditions familiales. Ce film remarqué dans les Festivals du monde entier a été produit par Shlomi Elkabetz dont la soeur, la grande scénariste, réalisatrice et actrice Ronit Elkabetz, disparue l'année dernière, a marqué de son empreinte le cinéma israélien. Le Prix Jeunes Talents, accompagné d’un soutien financier de 50 000 euros, permettra à Maysaloun Hamoud de poursuivre ses projets cinématographiques.

François-Henri Pinault, Président-Directeur général de Kering, Pierre Lescure, Président du Festival de Cannes, et Thierry Frémaux, Délégué général du Festival leur remettront ces Prix lors du dîner officiel Women in Motion le dimanche 21 mai 2017.

Isabelle Huppert

Icone du 7e art, Isabelle Huppert se révèle dès le début de sa carrière une actrice incontournable, collaborant avec les plus grands réalisateurs, tels que Jean-Luc Godard, Maurice Pialat, Claude Sautet, Bertrand Blier, ou encore André Téchiné. Sous la direction de Claude Chabrol, elle incarne Violette Nozière dans le film éponyme qui consacrera rapidement son succès au Festival de Cannes. Actrice française de renommée mondiale, sa carrière internationale débute avec La Porte du Paradis de Michael Cimino. Isabelle Huppert n’hésitera pas ensuite à travailler avec des réalisateurs du monde entier, parmi lesquels l’autrichien Michael Haneke, le sud-coréen Hong Sang-soo, les américains Curtis Hanson et David Owen Russell, les italiens Marco Ferreri et Marco Bellocchio, ou encore le néerlandais Paul Verhoeven. Isabelle Huppert a continué à jouer sous la direction de grands réalisateurs et réalisatrices français, tels que Jacques Doillon (La Vengeance d'une femme), François Ozon (Huit Femmes), Christophe Honoré (Ma mère), Patrice Chéreau (Gabrielle), Mia Hansen-Løve (L’Avenir), Claire Denis (White Material) ou Catherine Breillat (Abus de faiblesse). Alors qu'elle réalise un record en étant à l'affiche d'une vingtaine de films sélectionnés au Festival de Cannes, Isabelle Huppert remporte pas moins de deux fois le prix de la meilleure interprétation (pour Violette Nozière de Claude Chabrol et La Pianiste de Michael Haneke). Par ailleurs primée dans le monde entier, Isabelle Huppert a plus récemment été nommée pour l’Oscar de la Meilleure actrice pour Elle de Paul Verhoeven, rôle qui lui a par ailleurs valu un deuxième César et un Golden Globe. Après avoir été membre du Jury du Festival de Cannes, elle en a également assuré la Présidence. Avec une filmographie déjà impressionnante, elle vient défendre cette année encore deux films en sélection officielle, Happy End de Michael Haneke et La caméra de Claire de Hong Sang-soo. En parallèle de sa carrière au cinéma, Isabelle Huppert monte régulièrement sur les plus grandes scènes pour jouer dans des pièces majeures telles que Mesure pour Mesure de William Shakespeare (Peter Zadek), Orlando de Virginia Woolf (Bob Wilson), Médée d’Euripide (Jacques Lassalle), Quartett de Heiner Müller (Bob Wilson), Les Fausses confidences de Marivaux (Luc Bondy) ou Phèdre(s) (Krzysztof Warlikowski).

Maysaloun Hamoud

Réalisatrice et scénariste palestinienne née à Budapest (Hongrie) en 1982, Maysaloun Hamoud a grandi avec sa famille à Dir Hanne, un village au nord d’Israël. Après un master d’Histoire à l’Université de Jérusalem, elle a choisi de faire du cinéma à la Minshar School of Art de Tel Aviv d’où elle est sortie en 2012 avec les félicitations. En 2016, Maysaloun Hamoud réalise Je danserai si je veux (Bar Bahar), son premier long-métrage produit par Shlomi Elkabetz, et co-produit en France par Sandrine Brauer. Ce film, qui retrace la vie de trois jeunes palestiniennes qui se débattent contre les carcans familiaux et religieux de la société arabe israélienne à Tel Aviv, est rapidement récompensé dans différents festivals internationaux. Maysaloun Hamoud reçoit notamment le Prix NETPAC (Network for the Promotion of Asian Cinema) au 41e Festival International du Film de Toronto, et pas moins de trois récompenses au 64e Festival de San Sebastian : le Prix Sebastiane, le Prix L’Autre Regard et le Prix de la Jeunesse.

PHOTOS

VIDEO

© KERING 2017 - contacts | Mentions légales