​​
Le 31 mai 2017

Pour la troisième année consécutive, Women in Motion a mis les femmes à l’honneur au Festival de Cannes

Isabelle Huppert a reçu le Prix Women in Motion, et honoré la réalisatrice Maysaloun Hamoud en lui décernant le Prix Jeunes Talents lors du dîner officiel qui a accueilli 200 invités Place de la Castre, parmi lesquels Uma Thurman, Jessica Chastain et Catherine Deneuve.

Women in Motion a accueilli plus de 300 invités venus débattre de la place des femmes au cinéma autour de Robin Wright, Isabelle Huppert, Yang Yang, Salma Hayek Pinault, Costa-Gavras, Kaouther Ben Hania et Diane Kruger, lauréate du Prix d’Interprétation féminine au 70e Festival de Cannes pour son rôle dans In the Fade de Fatih Akin.

Cette année encore, Women in Motion a ouvert les portes de la suite Kering au 7e étage de l’hôtel Majestic Barrière à plus de 300 invités du monde du cinéma et des médias pour discuter de la contribution et de la représentation des femmes au cinéma lors de Talks, rendez-vous devenus incontournables du Festival de Cannes. 

Cette saison s’est ouverte sur un premier Talk en présence de l’actrice Robin Wright, notamment connue sous le nom de Claire Underwood dans House of Cards, série pour laquelle elle est pour la première fois passée derrière la caméra. Alors que les disparités entre les femmes et les hommes demeurent au cinéma, Robin Wright est entre autre venue défendre la représentation des réalisatrices, en invitant les professionnels de l’industrie à continuer de leur donner la parole, et notamment aux plus jeunes : « On doit encourager la jeune génération à s’exprimer. Le féminisme signifie l’égalité : à travail égal, salaire égal. Il faut que les choses bougent maintenant du côté des décideurs et des financiers du cinéma qui sont majoritairement des hommes. Il est temps que les choses changent et que la nouvelle génération s’empare du sujet. »

En parallèle de la présentation des deux films dans lesquels elle est à l’affiche et qui concouraient en Sélection officielle, l’icône internationale Isabelle Huppert s’est à son tour exprimée sur la place des femmes au cinéma. Celle qui les inspire aux quatre coins du monde observe de son côté le rôle majeur que peuvent jouer les femmes devant comme derrière la caméra, par exemple aux Etats-Unis où certaines d’entre elles « dirigent des studios et sont des femmes courageuses et très entreprenantes. » Il n’y a donc pas de chemin tout tracé pour elles, mais « être contrainte[s] à prendre des chemins de traverse peut donner plus de liberté. »

Deux jours plus tard, l’acteur Yang Yang s’est lui aussi exprimé pour un Talk centré sur la représentation des femmes à l’écran, ainsi que sur le cinéma des femmes, qu’il perçoit comme ayant une sensibilité plus fine aux émotions. Pendant ce Talk, l’acteur chinois s’est notamment dit privilégié de pouvoir participer à des rendez-vous comme Women in Motion, et « de mettre son énergie à appeler à un meilleur respect des droits et de l’intérêt des femmes » pour « transmettre cette énergie à davantage de personnes. »

Au cours de la deuxième semaine de la quinzaine, Women in Motion a réuni l’actrice, productrice et membre du Conseil d’administration de la Fondation Kering Salma Hayek Pinault, le cinéaste et président de la Cinémathèque Française Costa-Gavras, et la jeune réalisatrice sélectionnée au Certain Regard Kaouther Ben Hania. Les femmes ne sont pas les seules à avoir conscience des disparités de traitement, comme le prouve la présence de Costa-Gavras venu partager son expérience du cinéma où les femmes peuvent être considérées « comme des personnes de second plan », et « traitées différemment aussi bien au niveau du salaire qu’en ne les laissant pas exercer pleinement leur métier de cinéaste. » Ce Talk, organisé par la Fondation Kering et plus largement centré sur les violences faites aux femmes, a trouvé un écho particulier face au film de Kaouther Ben Hania, qui « a voulu faire ce film inspiré d’une histoire vraie, sous l’angle de la justice et du courage des femmes. C’est David contre Goliath, parce que c’est si difficile de poursuivre des agresseurs quand ils sont censés représenter la loi. C’est comme vivre un second viol ! » Un courage remarqué par Salma Hayek Pinault, pour qui il faut continuer à « lutter pour que cette violence, qui revêt de multiples visages autour du monde, ne soit plus jamais associée au mot ‘normal’ », et notamment grâce au cinéma qui sert à « créer un public, et donner la possibilité de changer les mentalités. »

La troisième édition des Talks Women in Motion s’est conclue sur une note d’optimisme avec l’actrice Diane Kruger, qui a remporté le Prix d’Interprétation féminine pour son rôle poignant de femme et de mère endeuillée et vengeresse dans In the fade, le dernier film de Fatih Akin : « Même si c’est toujours incroyablement difficile d’occuper le terrain, elles arrivent à créer de plus en plus leur propre espace, et chacune doit le faire, et exiger par exemple que les actrices soient payées à égalité avec les acteurs ! » Un espace qui permet de mettre « les personnages féminins au centre, et non au service des rôles masculins. »

Le dimanche 21 mai 2017 s’est également tenu, Place de la Castre, le dîner officiel Women in Motion, devenu une tradition. A cette occasion, François-Henri Pinault, Pierre Lescure, Président du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, Délégué général du Festival de Cannes, ont remis le Prix Women in Motion à l’incontournable Isabelle Huppert pour saluer son audace créative, la richesse de sa carrière, et sa capacité à inspirer de nouvelles générations de talents. 

Avec le Prix Jeunes Talents, Isabelle Huppert a choisi d’honorer à son tour la réalisatrice Maysaloun Hamoud pour Je danserai si je veux (Bar Bahar), son premier long-métrage qui suit le quotidien de trois jeunes femmes palestiniennes vivant à Tel Aviv, partagées entre leur désir d’indépendance et les traditions familiales.

Parmi les 200 invités étaient présents les actrices Uma Thurman, Jessica Chastain, Salma Hayek Pinault, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Claudia Cardinale, Liv Ullmann, Juliette Binoche, Marina Foïs, Sandrine Kiberlain, Charlotte Gainsbourg, Laetitia Casta, Valeria Golino, Elodie Bouchez, Béatrice Dalle, Dominique Blanc, Agnès Jaoui, Chris Lee, Clotilde Courau, le Directeur Artistique de la maison Yves Saint Laurent Anthony Vaccarello ainsi que Charlotte Casiraghi. Etaient également présents les acteurs Mads Mikkelsen, Reda Kateb, Yvan Attal, Christopher Thompson, Diego Luna et Yang Yang.

Kering et le Festival de Cannes ont également accueilli à ce dîner la réalisatrice Agnès Varda, les réalisateurs Claire Denis, Paolo Sorrentino, Tonie Marshall, Costa-Gavras, Nicole Garcia, Eric Lartigau, Valérie Donzelli, Jerry Schatzberg, Maren Ade, Shlomi Elkabetz ainsi que les musiciens Michel Legrand, Thomas Bangalter et Michael Barker. Le couturier Jean-Paul Gaultier, ou encore les mannequins Anja Rubik et Kouka Webb figuraient également parmi les invités.

Women in Motion continuera de mettre en lumière les femmes du 7e art tout au long de l’année. Un nouveau Talk est notamment organisé le 17 juin prochain à Hikarie (Japon) dans le cadre de l’événement Women in Society organisé par Elle Japan, auquel participera notamment la réalisatrice en Compétition officielle au Festival de Cannes Naomi Kawase. Cette présence de Women in Motion à l’international sera par ailleurs intensifiée grâce au partenariat de deux ans signé avec UniFrance et annoncé le 9 mai dernier, qui permettra à Women in Motion d’être au programme d’événements internationaux dédiés au cinéma dont la liste sera révélée prochainement.

_______

À propos de Women in Motion 
Women in Motion a pour ambition de mettre en lumière la contribution des femmes à l’industrie cinématographique, devant ou derrière la caméra. Lancé en mai 2015 par Kering, en partenariat avec le Festival de Cannes, Women in Motion fait partie intégrante du programme officiel du Festival. L’initiative repose sur deux piliers : les Talks ouverts aux journalistes et aux professionnels du cinéma permettent à de grandes personnalités de confronter leurs expériences et leurs points de vue autour de la question de la contribution des femmes au cinéma, et de partager leurs recommandations pour faire avancer leur représentation au sein de l’industrie ; les prix Women in Motion, deux récompenses décernées chaque année lors du dîner officiel Women in Motion à une personnalité inspirante, qui incarne les valeurs du programme, ainsi qu’à une personnalité prometteuse du secteur, qui recevra également un soutien financier pour ses projets cinématographiques.

A propos de Kering 
Groupe mondial de Luxe, Kering développe un ensemble de maisons de luxe dans la mode, la maroquinerie, la joaillerie et l’horlogerie : Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent, Alexander McQueen, Balenciaga, Brioni, Christopher Kane, McQ, Stella McCartney, Tomas Maier, Boucheron, Dodo, Girard-Perregaux, Pomellato, Qeelin et Ulysse Nardin. Kering développe également les marques de Sport & Lifestyle Puma, Volcom et Cobra. En encourageant l’imagination sous toutes ses formes, Kering permet à ses marques de réaliser leur potentiel de croissance et ouvre la voie à des méthodes plus durables. 
Kering a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 12,385 milliards d’euros et rassemblait plus de 40 000 collaborateurs au 31 décembre. 

_______

Suivez les hashtags officiels
#WomenInMotion #Cannes2017 #Kering #KeringxCannes


Contacts Presse
Emilie Gargatte +33 (0)1 45 64 61 20
emilie.gargatte@kering.com
Renato Martinelli +33 (0)1 45 64 66 00
renato.martinelli@kering.com
Astrid Wernert +33 (0)1 45 64 61 57
astrid.wernert@kering.com
Zeina Toutounji +33(0)6 22 30 12 96
zeina.toutounji@gmail.com

Visuel(s)

© KERING 2017 - contacts | Mentions légales