Agnès Varda

Mardi 3 juillet 2018, plus de 160 personnalités du monde du cinéma, de l’art, de la culture, d’associations féministes, de la presse et des écoles se sont réunies au siège de Kering autour de la réalisatrice Agnès Varda. Etaient notamment présents Laurence Rossignol, Jacques Toubon, Clotilde Courau, Elsa Zylberstein, Gaya Jiji, Rosalie Varda, Mathieu Demy, Déborah François, Nathalie Rykiel, des représentants d’ONU Femmes, de la Fondation des Femmes, et des collectifs 5050x2020 et Femmes et cinéma, entre autres. Cet événement s’est tenu la veille de la ressortie en version restaurée de son film L’Une Chante l’Autre pas, soutenue par Women in Motion. Ce film réalisé en 1976 met en lumière un aspect singulier de son oeuvre, un engagement féministe reflétant son indépendance d’esprit, qui lui a valu de recevoir de nombreux témoignages du public : « Je me souviens d’infirmières, de sages-femmes, de femmes, qui avaient été au coeur du problème, qui me disaient que le film avait été une bouffée de féminisme joyeux et l’occasion d’être joyeuses. »

La figure emblématique de la Nouvelle Vague, qui revendique sa vie de photographe, de cinéaste et d’artiste, a réaffirmé lors de ce premier Talk parisien Women in Motion la singularité de son regard artistique. A la question « Pourquoi ne réalisez-vous plus de fictions aujourd’hui ? », elle répond en prenant l’exemple de son dernier film documentaire : « Je ne fais plus tourner les acteurs, mais j’approche beaucoup les « vrais gens ». Dans le dernier film Visages Villages que j’ai fait, accompagnée de mon complice et camarade JR, on peut voir que nous aimons les gens et que nous aimons les mettre en lumière. Dans un monde où règnent la publicité, les gros plans, les pages entières vouées aux cosmétiques, à la mode, aux acteurs connus, cela nous a fait plaisir de mettre sur le mur des grandes images d’inconnus, d’anonymes. »



Vidéo du Talk



PHOTOS

©KERING 2017 - CONTACT | MENTION LÉGALES